Programme de campagne, focus sur : la dimension internationale de notre combat

Publié le par Martine Benayoun

Les enjeux sont internationaux et ils sont géopolitiques. La LICRA doit être au rendez-vous de ces défis. Elle dispose aujourd’hui d’un statut consultatif auprès des Nations unies et du Conseil de l’Europe. Elle n’hésite pas à en user, à faire entendre sa voix, parfois discordante, dans ce paysage.

Il faut continuer dans cette direction. Mais elle doit se faire entendre encore plus fort et plus haut.

La Déclaration universelle des droits de l’homme, déclaration adoptée il y a soixante ans, le 10 décembre 1948 par l’Assemblée générale des Nations unies a inspiré de nombreux textes ; elle a même inspiré “le droit d’ingérence” et d’assistance humanitaire si chers au chef de la diplomatie française Bernard Kouchner.

Cependant si les textes se multiplient, leur application n’en est pas pour autant effective partout et pour tous et l’idéal proclamé reste lointain et contesté.

La belle déclaration de 1948 n’a pas empêché le déroulement de conflits meurtriers aboutissant à des violations massives des droits de l’homme au Rwanda, dans les Balkans, au Proche Orient, en Chine, au Darfour, en République démocratique du Congo...

Les conflits et les guerres se déroulent devant nous, les traitements inhumains et dégradants, l’esclavage, l’exploitation des femmes et des enfants, les conditions de détention indignes, l’extrême pauvreté sont encore d’une actualité criante, et indécente.

S’ajoutent à cela le terrorisme, la montée du fondamentalisme et des intégrismes religieux, la cyber-dissidence… qui menacent gravement les droits de l’homme et les libertés fondamentales.

Sans oublier bien entendu la crise économique et les bouleversements climatiques, les migrations massives, autant de nouveaux défis qui mettent à l’épreuve les acquis de la déclaration.

Face à ce constat, dans un système onusien pour le moins essoufflé, la LICRA peut trouver sa place et doit s’imposer comme une instance de référence en matière de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la discrimination, comme un think tank qui serait consulté par les plus hautes instances internationales.

Toutes ces questions internationales seraient analysées dans les Pôles d’excellence géographiques (Voir Newsletter N°2). Quelques exemples pour illustrer ce propos :

  • Pôle d’excellence géographique Asie
    Exemple : la relation Chine/Tibet : comprendre l’histoire du Tibet, son identité, son statut et sa relation avec la Chine...
  • Pôle d’excellence géographique Afrique/Moyen-Orient
    Exemple : le conflit israélo-palestinien : conflit central, répercussions du conflit au-delà du Moyen-Orient
  • Pôle d’excellence géographique Europe
    Exemple : la montée de l’extrême-droite en Hongrie et en Roumanie : ce phénomène menace les minorités éthniques dans deux pays qui se sont engagés à respecter les droits de l’homme en intégrant l’UE mais qui en revanche peinent à respecter la communauté Rom.

La LICRA est une organisation non gouvernementale dont le rôle auprès des instances internationales doit se développer encore plus.

>> Consulter l’ensemble du programme et les premiers focus


Publié dans PROGRAMME

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article